Accueil | Bibliothèque

 

Communiqué de presse
"Ma santé 2022"
et la logique des démarches communautaires en santé



La Ministre de la santé, Agnès Buzin a ouvert un chantier important qui devra aboutir à la présentation de la prochaine loi santé « ma santé en l’an 2022 » programmée au Parlement au premier trimestre 2019. Un comité de suivi a été créé « pour concertation » réunissant des «représentants des acteurs de la santé et des administrations concernées »

Les grandes lignes ont été annoncées en septembre dernier qui déjà nous interrogeaient sur les objectifs de ce nouveau plan.

En effet, si avec les associations nationales de promotion de la santé, nous soulignions en septembre dernier l’avancée que pouvait constituer l’affirmation des enjeux de promotion de la santé et de la place des « usagers » dans le dispositif, nous avions dans un même temps regretté vivement que ce plan ne soit qu’un plan de réorganisation des professionnels du soin et non un plan “santé” comme annoncé, qu’il n’inclut aucune mesure autour des déterminants sociaux et environnementaux de la santé et ignore totalement la place des acteurs locaux, et notamment des collectivités.

Deux mois après, les documents remis au comité de suivi confortent malheureusement cette impression d’un plan qui renforce une conception de la santé centrée exclusivement sur le curatif et les professionnels du soin et qui plus est, ne répond même pas à l’urgence de la situation hospitalière et des EHPAD comme en témoigne le PLFSS 2019

Aucune ambition d’agir pour la santé dans l’acceptation pleine et entière de la définition de 1946 de l’OMS et encore davantage sa déclarations d’Alma Ata en 1978 qui précise, en référence aux soins de santé primaire, qu’ils « font intervenir, outre le secteur de la santé, tous les secteurs et domaines connexes du développement national et communautaire, en particulier l'agriculture, l'élevage, la production alimentaire, l'industrie, l'éducation, le logement, les travaux publics et les communications, et requièrent l'action coordonnée de tous ces secteurs »

Nous pouvons légitimement nous interroger d’une part sur la pertinence des objectifs des 10 chantiers du plan gouvernemental et d’autre part sur la conception de la « concertation », avec qui ? quand ? comment ? pour quoi faire ? Avaliser des projets ficelés ou engager un vrai travail de co-élaboration avec TOUS les acteurs concernés ?

Deux exemples :

Un des axes du premier chantier consacré à « la structuration territoriale du réseau de proximité » concerne la création des « assistants médicaux ».

Le terme conforte cette hiérarchie du pouvoir et du savoir médical, ce qu’il faut c’est assister le médecin, et pas établir une relation avec l’usager permettant de prendre en compte la globalité de ses problématiques et de créer les conditions du dialogue.

Pourquoi créer quelque chose de nouveau alors qu’un nouveau métier existe depuis plusieurs années ? Une expérience financée dans le cadre des dispositifs Politique de la Ville, il s’agit des médiateurs santé. Un référentiel métier est en chantier avec l’EHESP, une formation a été mise en place avec le CNAM à laquelle nous avons activement contribué…

Un autre point du même chantier attire l’attention, celui de « l’accompagnement au développement des équipes de soins de santé primaires ». Point majeur s’il en est, pour aborder « l’action coordonnée avec tous les secteurs ». Pour autant, les pilotes de cet axe restent cloisonnés aux institutions de la santé.

Pourquoi tant de frilosité encore, 40 ans après Alma Ata, à s’engager dans ce sens en mobilisant toutes les politiques publiques pour agir avec efficience sur tous les déterminants qui impactent positivement et négativement la santé de tout un chacun.

A l’inverse l’Institut Renaudot considère que les soins de santé primaire s’inscrivent notamment dans une prise en compte de la santé globale en associant tous les acteurs pour une meilleure organisation territoriale permettant l’implication des habitants/usagers/patients et la reconnaissance de leur expertise et la mise en cohérence des différents réseaux.

 



Le déconfinement
Démocratie en santé
Vivre le confinement
Appels et collectifs
Inégalités sociales de santé
Vie associative
Education
Territoires d'Outre-mer
La vaccination
L'édito du mois


Confinement saison 2
et démarches communautaires en santé
par Martine Antoine et Philippe Lefevre,
co-président.es de l’Institut Renaudot

par Twitter

par Facebook

par linkedin

actualités


5 juin 2021


A vos agenda


L’Institut Renaudot organise son Assemblée générale le Samedi 05 juin 2021 de 09h30 à 12h00.
C’est l’occasion d’adhérer pour partager ensemble notre projet et le faire vivre dans vos territoires et vos pratiques.




Juin-juillet 2021


Université Santé
Publique Besançon



La 18e Université d'été francophone en santé publique se tiendra en ligne du 28 juin au 2 juillet 2021. Découvrez le programme et inscrivez-vous jusqu'au 31/05.




Mai 2021


Fabrique Territoires
Santé


Appel à contributions jusqu’au 31 mai 2021
« Lutter contre les discriminations pour réduire les inégalités de santé : comment faire ? »
Fabrique Territoires Santé recherche des exemples d’actions locales, en préparation d’un Dossier ressources à paraître, destiné aux acteur·rices impliqué·es dans des dynamiques territoriales de santé.

En savoir plus et participer




Mai 2021


ARS Ile-de-France


Suivre la campagne de vaccination

ARS Haut-de-France


Covid-19 : relayez les campagnes de l’ARS Hauts-de-France




Mai 2021


Agence Nationale
de la Cohésion
des Territoires


Réduire les écarts de développement au sein des villes pour restaurer l’égalité républicaine




Mai 2021


Santé Publique
France


Coronavirus : outils de prévention destinés aux professionnels de santé et au grand public



Radio Grille Ouverte

Un nouveau partenariat est né sur Alès avec une radio locale qui travaille au quotidien avec des habitant.e.s dont certains des quartiers politique de la ville, avec des associations, avec des entreprises …

A diffuser sans modération

Sur la route : Réseau ALESSA
Diffusé le 05/05/2021
Cathy Rouveyrol reçoit Blandine de l’association « Acti’Vi té », Gwenaël du « Rugby Club Cévenol » et Michel « Créer son bien-être » pour la création du réseau ALESSA ( Alès Sport Santé, Sport Adapté ») qui regroupe plusieurs associations dont le but est de lutter contre la sédentarité et l’inactivité physique.
Infos ici

Ecouter